Chargement

Taper un mot et faite entrer pour lancer la recherche

LE DIVORCE PARENTAL EST UN FACTEUR DE RISQUE POUR LA DÉPENDANCE A L’ALCOOL ET LE TABAC CHEZ LES ADOLESCENTS

ADDICTION

LE DIVORCE PARENTAL EST UN FACTEUR DE RISQUE POUR LA DÉPENDANCE A L’ALCOOL ET LE TABAC CHEZ LES ADOLESCENTS

Partager

Article commenté par : AddictoScope

Nombre d’études internationales ont montré une relation entre les taux de divorces et la dépendance des adolescents au tabagisme, à l’alcool et à Internet. Au Liban le taux de divorce est en constante augmentation (+101% entre 2006 et 2017). L’objectif de cette étude transversale était d’évaluer l’association entre le divorce des parents et le tabagisme, l’alcool et la dépendance à Internet parmi un échantillon représentatif d’adolescents libanais.

Méthodologie : entre janvier et mai 2019, 2000 questionnaires ont été distribués sur la base d’un échantillon aléatoire d’écoles libanaises et 1810 (90,5%) ont été renseignés et analysés.

L’âge moyen des participants était de 15,42 ± 1,14 ans, avec 53,3% de femmes et 74,1% de fumeurs. De même, 11,9% (IC95% = [0,104–0,134]) des adolescents avaient des parents séparés et/ou divorcés. Le divorce chez les parents était significativement associé à un trouble de consommation d’alcool plus élevé (β = 8,035), une dépendance à la cigarette plus élevée (β = 2,767) et une dépendance au narguilé (pipe à eau) plus élevée (β = 5,263) chez les adolescents. Cependant, le divorce des parents n’était pas associé à la dépendance à Internet chez les adolescents.

En conclusion, le divorce parental est corrélé à une augmentation de l’alcool et du tabagisme, mais non à la dépendance à Internet chez les adolescents. Les enfants dont les parents sont divorcés devraient faire l’objet d’un suivi attentif de la part de leurs parents et/ou d’un psychiatre/psychologue afin de réduire leur risque de développer une dépendance nocive pour eux.

Association between parental separation and addictions in adolescents: results of a National Lebanese Study

[Diffusé le 17-07-2020]

http://dx.doi.org/10.1186/s12889-020-09108-3

Jabbour Nour 1, Abi Rached Vanessa 1, Haddad Chadia 2,3, Salameh Pascale 4,5,6, Sacre Hala 4, Hallit Rabih 1, Soufia Michel 1,5, Obeid Sahar 2,4,7, Hallit Souheil 1,4

1 Faculty of Medicine and Medical Sciences Holy Spirit University of Kaslik (USEK) Jounieh Lebanon
2 Research and Psychology Departments, Psychiatric Hospital of the Cross Jal Eddib Lebanon
3 Université de Limoges, UMR 1094, Neuroépidémiologie Tropicale Institut d’Epidémiologie et de Neurologie Tropicale GEIST 87000 Limoges France
4 INSPECT-LB. Institut National de Santé Publique Épidémiologie Clinique et Toxicologie – Liban Beirut Lebanon
5 Faculty of Medicine Lebanese University Hadat Lebanon
6 Faculty of Pharmacy Lebanese University Hadat Lebanon
7 Faculty of Arts and Sciences Holy Spirit University of Kaslik (USEK) Jounieh Lebanon

Article précédent

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :